Lozere Vacances .com

Les Cévennes

Les Cévennes en Lozère

Les vallées ravinées de ce rude pays, où la main de l'homme, au cours des siècles, a su aménager et transformer l'oeuvre de la nature, s'étendent sur l'Ardèche, le Gard et l'Hérault.
Mais le coeur de la Cévenne est en lozère et s'y étend sur quatre cantons : Pont de Montvert, Florac, mais surtout Barre et Saint Germain de Calberte.

La Cévenne pousse une pointe au nord-est vers Villefort et la vallée de la Borne, une autre a l'ouest vers le canton de Meyrueis. On peut dire, pour simplifier, que les Cévennes s'étendent des pieds du mont Lozère aux pieds de l'Aigoual.

C'est un pays trés différent des Causses et qui contraste absolument avec l'Aubrac ou la Margeride.

Ce sol fait de rochers escarpés, de pierrailles croulantes, provient d'anciens sédiments argileux, lentement transformés en schistes. La roche schisteuse est feuilletée, elle se délite en plaquettes et sert même d'ardoises pour les toits.

Dans ce relief taillé à coups de sont raides, les espaces plats sont plutôt rares. D'innombrables torrents et rivières lacèrent tout ce haut pays des Cévennes, descendant avec une force terrible de creusement. Les principaux cours d'eau sont les gardons, torrents capricieux aux terribles crues. Ceux du nord, s'unissents pour former le gardon d'Alès, qui parcourt la Vallée longue, du col de Jalcreste au Collet de Dèze. Ceux du centre forment le gardon de Mialet, qui recueille les eaux de la Vallée Française, celles de Saint-germain, celles de Sainte-Croix. La Mimente et le Luech sont orientés, l'une vers l'ouest et Florac, le second vers l'est : il se glisse entre le Bougès et le Lozère.

Le climat est très chaud l'été, quoique la brise des nuits rafraîchisse les vallées étroites, à la chaleur de serre. A la sécheresse de l'été succèdent les averses et les trombes de l'automne, qui emportent la mince couche végétale et parfois des maisons et des pans de villages. Les Cévenols redoutent les folles gardonnades de leurs cours d'eau.

Sur ces pentes ingrates se sont jadis construits des hameaux innombrables. pour empêcher la terre de glisser, on l'avait soutenue par des murettes et étagée en terrasses ou "bancels". Là venait, entouré de soins, cet arbre miraculeux, la châtaignier ou "arbre a pain".

La Vallée longue, desservie par le grand axe Florac-Alès (RN 106), vivifiée quelques années par son chemin de fer à voie étroite qui, en 1909, a relié Florac à Sainte Cécile d'Andorge, a résisté un temps à la dépopulation, grâce au travail offert par les houillères de la Grand-Combe. Mais les puits se sont fermés.

La Vallée française, à l'habitat très dispersé, aux mas isolés de valats s'est lentement dépeuplée, depuis plus d'un siècle. Le mûrier et le ver à soie, du XVIIe, jusque vers le mileu du XIX siècle, lui ont apporté quelques ressources, comme au reste des Cévennes et aux gorges du Tarn.

De nombreuses routes sillonnent ce pays et procurent au voyageur des vues enchanteresses. Les plus récentes suivent le fond des vallées et sont incroyablement sinueuses, comme celles qui serpentent à flanc de montagne.

La corniche des Cévennes ou D9, de Florac à Anduze par le Pompidou, assez large et rapide, offre sans doute des plus belles vues. Mais autour de Saint-Germain, on en trouvera de plus belles, qui font pénétrer dans l'intimité du paysage cénévol ; d'où l'on domine les toits de lauze brillant au soleil ; où l'on s'enfonce sous les frais ombrages de chênes verts ou des rouvres, des hêtres ou des boulots blancs.


A consulter également...

Annonces gratuite ou commentaire

Location maison Noel 2011

Publié le Dimanche 21 aot 2011 (22h10)

Bonjour,
nous cherchons une maison à louer pour la période des fêtes de fin d'année, dans le sud de la Lozère, avec une cheminée et un nombre de lits important.
Merci de votre réponse.
Bonne semaine.
M.H.Charnay

Publier un message